L'incident...

par MikE

 

Voici à présent l'histoire qui m'est arrivée, à peu de choses près à l'identique de la version que j'ai laissée sur divers forums automobiles :

 

25 juin 2006, 18 heures 30, RN 24 (4 voies) en Bretagne, à hauteur de Baud (56), sens de circulation RENNES => LORIENT. Il faisait beau, circulation fluide, peu abondante.

Je tiens à préciser que j'étais avec mon amie, ce qui a une grande importance car elle a pu confirmer directement certaines choses, et notamment les pédales que j'ai essayé d'actionner. Si j'avais été seul à bord, j'aurais d'ailleurs pensé que je devenais taré et que je ne savais plus où se trouvaient mes pédales, avant de chercher la cause dans un dysfonctionnement. J'avais calé le régulateur sur approximativement 125 km/h, en 5ème, le pied gauche sur le repose pied, le pied droit posé sur le tapis devant la pédale d'accélérateur, légèrement tourné vers l'extérieur. J'arrivais doucement derrière deux autos qui roulaient de front, celle circulant à gauche ayant du mal à doubler celle roulant sur la voie de droite. J'arrivais sur ces voitures entre 5 et 10 km/h plus vite.

N'ayant pas été surpris plus que ça, mes habitudes de conduite me font penser que j'ai d'abord essayé de baisser ma vitesse en donnant quelques impulsions de la manette du régulateur vers le bas. Mais je n'en suis plus sûr. En tout cas si je l'ai fait cela n'a eu aucun effet, et pourtant, avec l'habitude, je peux vous garantir que même 1,6 km/h de moins ça se ressent, aussi minime que puisse être la décélération. Ce qui est beaucoup plus sûr en revanche, c'est que j'ai essayé ensuite de couper le régulateur en appuyant sur le bouton du bout. Et quand bien même j'aurai appuyé deux fois de suite dessus, aucune incidence, puisqu'après avoir rallumé le dispositif, il faut reselectionner une vitesse en amenant la manette vers le bas. Donc là, idem : aucun effet lorsque je coupe le régulateur, la voiture roule toujours à la même vitesse. Ce qui est archi certain après, c'est que j'appuie sur le frein, et là, grand moment de solitude : la pédale est dure, mais dure comme de la pierre, impossible de la bouger d'un millimètre.

Première réflexion interne de ma part : je me dit que je suis devenu taré, que j'appuie par terre sur le tapis ou sur le repose pied de gauche (ce qui après coup était bien évidemment impossible pour plusieurs raisons, à commencer par le fait que mon pied gauche y était déjà et que ça serait une position très inconfortable), que j'appuie sur une mauvaise pédale (mais à supposer que ça soit possible, je n'ai noté aucun changement du régime moteur ni de mon allure), ou que je suis en plein cauchemar que le réveil va bientôt sonner ! Malheureusement je suis dans la réalité !

Je me surprends alors à chercher les pédales avec mon pied droit, et même à les regarder. Je trouve l'accélérateur, forcément le plus à droite. Instinctivement mon pied gauche se positionne devant l'embrayage, au cas où prêt à l'enfoncer. La seule place qui restait alors pour la pédale de frein est bien évidemment l'emplacement du milieu. J'essaye à nouveau d'appuyer avec le pied droit, et même chose : pédale dure, aucune course. Bien évidemment le régulateur ne se coupe pas.

Là, la panique m'envahit subitement, vu que je suis à ce moment à environ 5 mètres des deux autos de devant. Curieusement je ne m'écrie pas à mon amie que le frein ne répond pas ou que j'ai un problème, car je n'en suis pas sûr à ce moment, je crois que je suis en plein délire et j'ai un peu l'impression d'être dans la 4ème dimension. Mais mon amie comprend vite, me voyant chercher les pédales et appuyer sur celle du frein sans résultat. Elle trifouille la manette du régulateur, un peu dans tous les sens il faut le dire, ne sait plus si elle essaie de couper le régulateur ou non, mais elle l'actionne de façon certaine vers le bas pour faire chuter la vitesse. De mon côté je ne vois pas la vitesse baisser, et je suis déjà en train de klaxonner en essayant de me faufiler entre les 2 voitures. Je suis incapable de dire si j'aurais pu rouler sur la B.A.U à droite, je ne sais même pas s'il y en avait une suffisamment large à cet endroit, et puis on n'est pas toujours très rationnel dans ces moments là. Et justement à ce moment là je me dis que le choc est inévitable, qu'au mieux je vais frotter les 2 autos en passant au milieu, qu'au pire je vais provoquer un terrible accident. Le conducteur (ou la conductrice, je n'en sais rien) de l'auto de gauche réagit super bien, et se déporte légèrement sur la gauche, me laissant ainsi un passage au milieu. Par miracle j'arrive à passer entre les 2 sans les toucher, et je me retrouve devant ces 2 voitures. Pendant ce temps mon amie trifouille encore le régulateur, et je sens enfin la vitesse baisser. Je mets mes warning (ce n'est pas la première chose à laquelle on pense quand on vient de faire une telle manoeuvre, je vous promets) afin d'avertir les autres automobilistes, et notamment les 2 que je viens de doubler, que j'ai un souci. Je tente à ce moment de freiner à nouveau, et là, miracle, la pédale répond normalement.

Je sors ensuite à la première bretelle qui se présente, quelques centaines de mètres plus loin (qui allait sur Bubry je crois), et je m'arrête, encore tout blanc. Mon amie aussi. Là je crois encore que je suis taré et que j'ai perdu les pédales, c'est le cas de le dire. Mais mon amie me confirme que j'ai bien essayé d'appuyer sur la pédale de frein. Lorsque je m'arrête à cette sortie, l'inscription "CRUISE" est encore affichée au tableau de bord, témoin que le régulateur est en fonction, mais qu'aucune vitesse n'est calée. J'appuie dessus et là l'inscription s'éteint. On reste 10 minutes tous les 2 à essayer de comprendre ce qu'il s'est passé, je vérifie le liquide de frein au cas où : tout semble ok. Mon amie accepte de reprendre timidement le volant, tout semble répondre normalement, y compris les freins. On reprend la 4 voies à faible allure (80-90 km/h), sans régulateur évidemment, en se disant que si ça se reproduit il reste le frein à main à tirer doucement par exemple, et puis de toute façon à l'allure où on roule sur cette 4 voies on ne risque pas de rattraper grand monde, donc pas de risque de percuter quelqu'un. Finalement, on réussit à faire sans encombre les 100 derniers kilomètres qui nous restent, les freins ont parfaitement répondu.

Comme je le disais, bien que ça paraisse curieux, je ne sais pas avec exactitude si j'ai essayé de couper mon régulateur de vitesse par le bouton prévu. Vu mes habitudes de conduite que je décrivais plus haut, je pense de façon quasi certaine que oui. Mais ce qui est sûr c'est que mon amie, elle, a pas mal manipulé la manette, et elle a finalement réussi à le couper pendant que, parallèlement, je retrouvais la course de ma pédale de frein.
Je précise que tout ceci, du moment où je veux freiner la première fois, à l'instant où je retrouve le contrôle de mon auto, se passe en à peu près 20 secondes.
Inutile de dire qu'à ce moment là c'est panique totale, qu'on a des réactions pas forcément cohérentes et qu'il est difficile de savoir après coup exactement tout ce qu'on a essayé de faire pour reprendre le contrôle (warning pas mis de suite, pouvais-je passer à droite sur la B.A.U plus facilement ?, ai-je moi-même essayé de couper le régulateur par le bouton ?, etc etc...). A ceux qui disent que c'est facile, qu'il suffit dans ce cas là de faire ci et ça, j'ai envie de dire : je voudrais bien vous y voir ! Déjà vous ne pensez pas tout de suite que l'auto ne répond plus, vous croyez d'abord que c'est vous qui n'appuyez pas où il faut. Vous pensez ensuite que vous devenez fou, et puis là il vous faut déjà penser à éviter les 2 autos de devant tout en tripotant partout et en vous demandant encore ce qu'il se passe.

Je tiens bien évidemment à m'excuser platement auprès des 2 automobilistes à qui j'ai dû occasionner une frayeur monstre. J'étais tellement dans ma manoeuvre que je suis incapable de dire de quelles autos il s'agissait. Juste que c'était 2 petites, et une foncée. Mon amie me dit que celle de gauche était une PEUGEOT 206 et celle de droite une VOLKSWAGEN Polo. Si ces personnes lisent ce message, je les invite d'ailleurs à me contacter. Je pense d'ailleurs que ces automobilistes, surtout celui de gauche, ont curieusement et rapidement compris que je connaissais un grave problème et que je n'essayais pas de passer en force, car ils m'ont dégagé une voie au milieu et aucun n'a klaxonné ou manifesté une réaction d'agressivité. Je ne sais pas comment j'aurais moi-même réagi en voyant un gars derrière moi en train de vouloir " forcer " le passage, pas sûr du tout que j'aurais fait mieux qu'eux (ou elles).

Du fait du témoignage de mon amie, qui ne fait que confirmer ce que j'ai moi-même constaté, je peux affirmer avec certitude que j'ai bien connu un problème grave sur mon auto aujourd'hui. Incriminer le régulateur ? C'est tentant, dans l'air du temps, mais je ne sais pas s'il est à mettre en cause, en tout cas je ne suis pas sûr qu'il soit seul à mettre en cause. Je peux simplement dire que je n'avais pas de frein (pédale dure) et que j'ai très vraisemblablement essayé de baisser ma vitesse par le régulateur, puis de le couper, sans résultat. Forcément, si je ne pouvais pas actionner d'un millimètre la pédale de frein, je ne pouvais pas couper le régulateur de vitesse de cette façon. Il est donc normal, en ce sens, qu'il soit resté enclenché.

Je précise que je n'ai aucun grief contre le constructeur de mon auto, bien au contraire, je suis très content de cette voiture (enfin, jusqu'à ce jour) qui répond parfaitement à mes attentes, comme pourrait le montrer l'avis que j'ai laissé en avril 2006 sur le site http://www.ciao.fr/ (et dont je ne donne pas le lien en public car il vous permettrait de savoir immédiatement les marques et modèles de mon auto, ce dont je ne veux pas comme je l'ai déjà expliqué. Je peux en revanche vous communiquer ce lien en privé). J'ai découvert simplement le soir même, après cet "incident", qu'une autre voiture de cette marque aurait connu un problème similaire. Je connaissais évidemment le cas de la Vel Satis "folle", mais ce cas ne m'a pas vraiment intéressé et, sans m'être renseigné, je pensais plutôt qu'il s'agissait de "conneries". Bien évidemment mon avis a radicalement changé aujourd'hui pour avoir été victime d'un problème à peu de choses près identique, sans conséquences heureusement. Cette absence d'accident fait d'ailleurs que je n'ai aucun intérêt à inventer une telle histoire. Recherche de la publicité comme me l'ont écrit certains ? Dans quel but, je ne cite même pas la marque.

Juste pour la petite histoire, je précise enfin que je n'avais pas picolé (ni mon amie), que je venais de faire 300 km, que je n'étais pas fatigué, que j'étais vraiment dans ma conduite à ce moment là (pas à penser à autre chose), que j'ai mon permis depuis bientôt 15 ans, pas d'accident responsable, encore tous mes points, que je fais environ 25000 km par an sur une dizaine de véhicules légers différents (véhicules privés et de travail).

 

 

Sur les forums où j'ai posté ce message, les réactions d'internautes sont très variées : ça va des gens compréhensifs qui vous expliquent le fonctionnement de tel ou tel organe en proposant des hypothèses, à ceux qui vous disent carrément que c'est faux et que vous ne savez pas conduire, en passant par ceux qui pensent que vous êtes journaliste et que vous voulez alimenter la psychose. La paranoïa règne ! Ceux-là ont été bercés trop de près de la télé quand elle diffusait X-files je crois. Mais bon ce qui est rassurant c'est que les plus véhéments sont aussi les plus inexpérimentés ! Qu'on soit sceptique, je le conçois : je l'ai été aussi. Mais qu'on fasse preuve d'un peu d'ouverture d'esprit, qu'on arrête de se croire supérieur et de prendre les autres pour des cons, merde ! M'enfin, cet épisode aura en tout cas bien illustré le fait que l'immense majorité des automobilites s'estiment "bon conducteurs", au contraire d'autrui qui est forcément un danger ambulant. Humilité, quand tu nous tiens !

> Rajout du 31.08.2006 : Certains lecteurs me posent régulièrement la question de savoir si j'ai pensé à débrayer sur ce court lap de temps, aussi je me permets de le préciser ici. Comme chacun sait appuyer sur l'embrayage est une autre façon de couper le régulateur, tout du moins la vitesse qui est calée. Je ne parle effectivement pas de débrayer dans mon récit, et en toute honnêteté je ne pense pas avoir enfoncé cette pédale. Erreur ? Oui, dans la mesure où cela aurait pu désactiver le régulateur. Mais parlons plutôt d'oubli, car comment savoir si cela aurait effectivement coupé le régulateur, sachant que d'autres procédés courants avaient déjà failli dans leur tâche. A côté de cela, je reconnais que le fait de débrayer, action encore purement mécanique à ma connaissance, aurait logiquement désaccouplé le moteur de la transmission. En gros la voiture n'aurait plus été "entraînée" par la puissance du moteur, et je me serais retrouvé en "roue libre" le temps où je serais resté débrayé. Après, question ralentissement, tout dépend du profil de la route. Ce dont je me souviens sur ce point à l'endroit de l'incident, c'est qu'il était plat. Et en roue libre sur un tel profil avec une auto de 1,5 tonne, le ralentissement est bien faible, simplement dû aux quelques frottements (air, pneus sur la route, etc etc...). Autant dire qu'il aurait fallu pas mal de temps pour que je perde 15 km/h.

Je vous propose à présent de poursuivre sur la page suivante, qui va vous montrer ce que j'ai entamé comme démarches, et ce qu'on m'a répondu.

 

 

</MikE -jul 2006>

Retour au sommaire du site consacré au "Pédalegate"

••> index général du site

 

~ @rrow-Base Création© 2002 ~